mardi 13 avril 2010

Nicolas Sarkozy : "tout ce petit clapotis n'a pas d'importance pour nous"

Le 12 avril 2010, interview sur CBS, Nicolas Sarkozy s'exprimant sur la rumeur affectant le couple présidentiel :
Katie COURIC -- En même temps, cela doit être un peu agaçant de temps en temps ?

Nicolas SARKOZY -- Madame, si on ne veut pas être agacé, on fait un autre métier que le mien. En même temps c'est un métier passionnant avec beaucoup de responsabilités, qui a des contraintes. Je crois qu'il faut les accepter tranquillement et laisser l'agitation bien à l'extérieur. Nous étions très heureux lors de notre voyage à New York et à Washington et tout ce petit clapotis n'a pas d'importance pour nous. Cela fait partie de la vie moderne, d'un système. C'est comme ça, il n'y a pas lieu d'en faire de commentaire. De toute manière on n'y peut rien. Traitons cela le plus calmement possible.

Extrait de la retranscription de l'interview sur Elysee.fr

La métaphore établit par le choix des mots une représentation imagée d'une réalité dont l'interprétation est plus ou moins explicite.

En l'occurrence, cette métaphore établit une comparaison entre un comparant, ici "clapotis", et un comparé, ici "rumeur" qui n'est pas présent dans l'énoncé. Quand le comparé est implicite, on dit la métaphore in abstentia. Une métaphore in praesentia serait formulée, par exemple, de la manière suivante : "cette rumeur est un petit clapotis".

Reste à déterminer le lien analogique entre "clapotis" et "rumeur". Qu'ont donc en commun ces deux termes et qui donne sens à la comparaison ? Je retranscris ci-dessous les définitions données par le TLFI :
CLAPOTIS : Bruit léger, répété et prolongé que provoque soit l'agitation de la surface de l'eau soulevée par des ondes de vagues courtes qui s'entrechoquent, soit l'eau calme qui se heurte régulièrement à un obstacle (bateau) ou aux bords (jetée, port).

RUMEUR :
1. Gén. au sing.
Bruit confus produit par la présence d'un certain nombre de personnes qui parlent, crient ou s'activent plus ou moins loin.
2. PSYCHOSOCIOL. ,,Bruit qui court transmis de bouche à oreille avec toutes les déformations introduites par chaque individu`` (Mucch. Psychol. 1969).
Le lien analogique apparaît comme étant le "bruit". Dès lors, l'interprétation devient plus évidente. D'un bruit confus, qui court on en vient à un bruit léger, répété. C'est donc un effet d'atténuation que produit la métaphore ainsi choisie.

Afin d'être complet, notons que s'il a fallu faire appel à nos connaissances pour déterminer le lien analogique, c'est que ce dernier n'est qu'implicite, la métaphore n'est pas motivée. Une métaphore motivée serait formulée, par exemple, de la manière suivante : "Le bruit de ce petit clapotis n'a pas d'importance pour nous"



Nb : Nicolas Sarkozy avait déjà employé une métaphore similaire l'année dernière à propos des réactions suscitées par des propos officieux qu'il aurait tenus à l'encontre de José Luis Rodriguez Zapatero : "petit clapot d'un médiocre débat politicien". Sce : dépêche AFP du 28 avril 2009.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

 
Copyright 2009 Les paroles prisées. Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates. WP by Masterplan