jeudi 1 juillet 2010

Frédéric Mitterrand : "Non, pratiquement pas"

Voilà une toute petite phrase croisée dans "Le Petit Journal Actu" du mercredi 23 juin 2010. À la question d'un journaliste : "On a parlé de la défaite des bleus au conseil des ministres ?" Frédéric Mitterrand répond : "Non, pratiquement pas".


À l'origine, je comptais m'attarder sur cette rapide correction ou concession du ministre, et puis l'analyse m'amenait bizarrement dans des conjonctures biscornues et qui ont fini par m'épuiser ; alors je ne retiendrai que l'adverbe "pratiquement" dans le sens qui est le sien ici, à savoir quasiment, presque. Si l'on réfléchit à l'étymologie du mot, on comprend bien mal le rapport de sens entre pratiquement et quasiment ; c'est qu'il n'y en a pas vraiment. Cette acception est issue de l'anglais où practically peut signifier almost, nearly (trad. presque). Non seulement nous l'avons importée mais encore celle-ci vient en concurrence des autres sens de l'adverbe pratiquement qui en deviennent presque désuets. Imaginez :

A.De manière pratique (p.oppos. à théorique). N'arrive-t-il pas que la volonté rende pratiquement prépondérant un motif qui, théoriquement, n'était pas la résultante des forces qui sollicitaient l'âme? (Boutroux, Contingence, 1874, p.124). Appliquer pratiquement un principe (...) ne signifie pas qu'on l'ait compris (Choisy, Psychanal., 1950, p.9).

B.Dans la pratique, concrètement. Elle a dit: Ne me quitte pas... Un cri de désespoir peut-être? Ah, si elle veut... Mais pratiquement, c'est bien difficile... Qu'elle vienne habiter avec moi, dans la banlieue? (Martin du G., J. Barois, 1913, p.531).

C. De manière pratique, commode. Organiser sa vie pratiquement (Lexis 1975).

Sce : Odieusement copié à partir de l'entrée "Pratiquement" du TLFI

Ah l'anglais...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

 
Copyright 2009 Les paroles prisées. Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates. WP by Masterplan