jeudi 18 novembre 2010

Nicolas Sarkozy : "ma détermination n'a rien changé"

Lors de l'entretien du 16 novembre 2010, Nicolas Sarkozy aura eu ce que l'on appellera un lapsus, un mot mis à la place d'un autre et donnant à l'énoncé un sens qui n'était pas souhaité.

"C'est rude, mais au fond ma détermination n'a rien changé".

Sce : via Fred-lille sur lepost.fr

On peut rétablir facilement l'énoncé correct : ma détermination n'a pas changé. Un seul mot suffit mais ce petit rien change tout. 

Pas est un adverbe de négation qui fonctionne traditionnellement en corrélation avec ne et donne à la négation un caractère absolue. D'autres adverbes de négation peuvent aller dans le même sens ou apporter des nuances : jamais, guère, nullement, etc.

Quant à rien, ce n'est pas un adverbe mais un pronom indéfini. Ainsi placé dans l'énoncé il devient complément d'objet du verbe "changer". Et c'est là que tout est chamboulé, car dans la phrase correcte, ma détermination n'a pas changé, le verbe a un emploi absolu et le changement affecte le sujet du verbe. Or rien apparaît naturellement comme complément d'objet direct du verbe "changer", ce qui donne au verbe un emploi transitif direct : le changement affecte le complément.

On dit souvent que c'est la phrase qui donne le sens d'un mot ; là, pour le coup, c'est un mot qui a fait basculer la phrase en forçant le sens du verbe.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

 
Copyright 2009 Les paroles prisées. Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates. WP by Masterplan