samedi 26 février 2011

Indignez-vous, nous conseille Stéphane Hessel ; chiche !

Faut s'indigner, entend-on. Je mettrai volontiers à l'épreuve un passage de l'article de Stéphane Hessel. Dans la partie intitulée Mon indignation à propos de la Palestine, l'auteur revient sur l'opération "Plomb Durci" menée par Israël contre la bande de Gaza en 2008-2009. Pour situer le contexte, on rappellera les événements du 04 novembre 2008 qui sont à l'origine du conflit ultérieur :
L’armée israélienne a brisé dans la nuit de mardi à mercredi (le 04/11/2008,ndr) la trêve qui prévalait avec le Hamas palestinien, en effectuant une incursion qui a causé la mort de six activistes palestiniens. Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a répliqué en tirant une cinquantaine de roquettes en direction du territoire israélien, sans faire de victime. Cet incident est le premier depuis la conclusion, en juin, d’une trêve entre le mouvement islamiste palestinien et le gouvernement israélien.
Sce : "Israël rompt la trêve à Gaza, le Hamas réplique par des roquettes", sur Libération.fr

Le 19/12/2008, le Hamas ne renouvellera pas la trêve qui avait été décidée 6 mois plus tôt, le 27 décembre Israël déclenchera l'opération "Plomb Durci". Pour le déroulement des opérations, je renvoie à une suite d'articles de 20minutes.fr : "Retour sur les événements au seizième jour de conflit", "Dix-neuvième jour: Au moins 1.000 morts", "Gaza, jour 21"

Et voici ce qu'écrit Stéphane Hessel :
"Je sais, le Hamas qui avait gagné les dernières élections législatives n'a pas pu éviter que des rockets soient envoyées sur les villes israéliennes en réponse à la situation d'isolement et de blocus dans laquelle se trouvent les Gazaouis. Je pense bien évidemment que le terrorisme est inacceptable, mais il faut reconnaître que lorsque l'on est occupé par des moyens militaires infiniment supérieurs aux vôtres, la réaction populaire ne peut pas être que* non-violente."


* en italique dans le texte.
Sce : Indignez-vous !, Stéphane Hessel, Ed.Indigène Editions, p.18.
Du paragraphe cité, j'extrais la phrase suivante et, appliquant le docte conseil, me demande : faut-il s'en indigner ou non ?
 
[...] le Hamas [...] n'a pas pu éviter que des rockets soient envoyées sur les villes israéliennes.

Afin de ne pas se méprendre éclairons le sens des mots employés :
  • Ne pas pouvoir : ne pas avoir la capacité de. (selon TLF)
  • Eviter : Faire que quelque chose n'ait pas lieu. (selon TLF)
Ainsi, le Hamas n'aurait pas eu la capacité de faire que des roquettes ne soient pas envoyées sur les villes israéliennes. On notera également la tournure passive "...que des rockets soient envoyées" et on s'interrogera à dessein sur le complément d'agent manquant : par qui ces roquettes ont-elles été envoyées ? En la matière, la lecture de l'article de Libération mentionné plus haut nous apprend que : 
"En représailles, le Hamas a tiré 53 obus et roquettes vers Israël, atteignant la ville d’Ashkelon sans faire ni dégâts ni victimes".

Constatant comme un décalage, on peut se laisser aller à penser que la phrase de Stéphane Hessel vise à déresponsabiliser le Hamas, le rendant passif face à une situation qu'il ne pouvait éviter. C'est un constat pour le moins étonnant, et, faut-il s'en indigner ?  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

 
Copyright 2009 Les paroles prisées. Powered by Blogger Blogger Templates create by Deluxe Templates. WP by Masterplan